ASSURANCE QUALITÉ À UNIVERSALISTE DE KISANGANI. Etat des lieux ,défis et perspectives

ASSURANCE QUALITÉ À UNIVERSALISTE DE KISANGANI. Etat des lieux ,défis et perspectives

Par Professeur Jean OTEMIKONGO MANDEFU et Directeur Chef de Service Jean-Paul SAMWANGAL-A-MILONG

Kisangani, le 7 mai 2012.

PLAN

  1. CONTEXTE
  2. DIAGNOSTIC DU SECTEUR
  3. ASSURANCE QUALITE: DE QUOI PARLE-T-ON ?
  4. POURQUOI Assurance QUALITE
  5. PRINCIPES EN ASSURANCE QUALITE
  6. PROCESSUS D’EAVE
  7. PARTIES PRENANTES
  8. MISE EN OEUVRE
  9. DEFIS
  10. PERSPECTIVES

1. CONTEXTE

  • Atelier sur le lancement du programme assurance qualité aux universités partenaires (UNIKIN, UNILU, UNIKIS, UPN, UCC, UCB, ISTA) de la RDC organisé par VLIR-UOS au CEDESURK (Kinshasa) du 17 au 19 octobre 2011.
  • Formation approfondie en assurance qualité aux universités partenaires en RDC organisée par VLIR-UOS au CEDESURK (Kinshasa) du 2 au5 avril 2012

2. DIAGNOSTIC DU SECTEUR

  Baisse du niveau de l’ESU en RDC:

  • Prolifération et émiettement des Universités et Instituts supérieurs;
  • Problèmes aigus d’infrastructures, d’équipement et matériels didactiques;
  • Problèmes du personnel enseignant;
  • Problèmes de relève académique;
  • Inexistence de financements étatiques;
  • Demande croissante pour l’enseignement supérieur;
  • Marché d’emploi dominé par l’informel; etc.
  • Mauvaise gestion académique, administrative et financière;
  • Dégradation des locaux;
  • Baisse du niveau général des élèves qui viennent de l’enseignement secondaire;
  • Inadéquation entre formation et emploi;
  • Vieillissement du personnel enseignant, ne permettant pas la relève académique nécessaire;
  • Manque de contrôle de la qualité des recherches (carence  d’équipements adéquats; programmes de recherche peu structurés, etc.)

  Causes  :

  • Absence de l’outil informatique dans une grande partie des établissements de l’enseignement supérieur et universitaire;
  • Laboratoires et bibliothèques ne sont pas fonctionnels;
  • Absence d’un système de contrôle et de suivi de l’enseignement;
  • Inexistence de financements étatiques influence négativement l’enclavement international, le benchmarking, la formation continue du corps enseignant, etc.

Conclusion:

  • Une insuffisance notoire tant au niveau de la recherche que de l’enseignement et du service à la société;
  • Manque de culture de la qualité
  • Marginalisation du système d’enseignement supérieur et universitaire en RDC par rapport aux universités d’autres pays voisins et du monde

3. ASSURANCE QUALITE: DE QUOI PARLE-T-ON ?

  • Il n’y a pas de véritable consensus sur la définition du concept AQ
  • L’assurance prévoit une garantie que la qualité est atteinte
  • La Qualité c’est l’aptitude d’un produit (enseignement, recherche, services à la communauté) délivré dans les normes ou standards destinés à satisfaire les attentes de la société ou des utilisateurs. Concernant l’ESU, l’ AQ c’est la capacité d’une institution à produire de la recherche, à offrir de l’enseignement et des services à la société qui répondent aux normes ou aux standards internationaux.

4. POURQUOI AQ? (FINALITÉS)

  • Améliorer la transparence dans la prise des décisions au sein des différents organes de l’Institution ;
  • Guider les institutions dans la création d’une culture de qualité interne ;
  • Auto-évaluer à titre indicatif la gestion de l’institution dans les domaines académique, scientifique, administratif, etc.

5. PRINCIPES EN AQ

  • Lier de manière indissociable, évaluation, amélioration et valorisation (EAV)
  • Analyser et discuter la qualité de l’enseignement d’un programme à base d’informations recueillies grâce aux évaluations ;
  • Evaluer l’enseignement de manière exhaustive, (toutes dimensions de l’enseignement et toutes les activités des professeurs) ;
  • Utiliser des sources multiples d’information et des moyens différenciés pour évaluer l’enseignement ;
  • Implanter des démarches rigoureuses et valides d’évaluation de l’enseignement ;
  • Former les nouveaux professeurs à l’enseignement avant d’évaluer.

6. PROCESSUS D’EAVE

  • Concevoir le processus et rédiger la politique ;
  • Consulter le milieu ;
  • Elaborer les instruments (guide d’application) ;
  • Analyser et évaluer les résultats ;
  • Procéder à l’amélioration de l’enseignement ;
  • Mettre en place des actions concrètes de valorisation ;
  • Implanter le processus EAVE et le réviser régulièrement.

7. PARTIES PRENANTES

  • Autorités à tous les niveaux : politiques ; académiques, administratives) ;
  • Enseignants ;
  • Etudiants ;
  • Société ;
  • Organisations internationales d’appui à l’AQ…

8. MISE EN OEUVRE

  • Note circulaire n°16 du 27 mai 2010 du Ministère de l’enseignement supérieur et universitaire relative à la bonne gouvernance et l’assurance qualité dans le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire; mise en place dans les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire , à partir de l’année académique 2010-2011, d’une cellule assurance qualité et d’excellence
  • circulaire  n°025/MINESU/CABMIN/MML/PK/2010 du 2 septembre 2010 du Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire relative à la mise en place à partir de l’année académique 2010-2011, à l’instar de la cellule assurance qualité,d' une cellule LMD.
  • Circulaire n°013/MINESU/CABMIN/ MML/KOB/2011 du 26/08/2011 du 26 août 2011 : la sensibilisation sur l’arrimage sélectif et progressif au processus LMD des établissements d’enseignement supérieur et universitaire sera en faveur des Établissements et des filières d’études qui en remplissent les conditions minimales.
  • Déclaration de Kisangani du 21 au 22 juin 2010 et engagement à amorcer des réformes destinées à entrer dans le dispositif LMD de façon décisive et progressive dans les deux années à venir (2011-2013).
  • Décision rectorale n° 049 du 19 juillet 2010 de la cellule assurance qualité/LMD à l’Université de Kisangani,
  • Décision rectorale n°050 du 19 juillet 2010 portant nomination des membres (8) de la cellule assurance qualité à l’Université de Kisangani.
  • Décision rectorale n° 044 du 20 mai 2011 portant nomination des membres des antennes de la cellule assurance qualité dans les facultés (5 ) de l’Université de Kisangani .

9. DEFIS

  • Défi de l’ appropriation de la culture de la qualité au sein de l’UNIKIS qui n’est pas l’ affaire des bailleurs, du Ministère de tutelle, du Comité de gestion, de la cellule ou des antennes AQ mais de toutes les parties prenantes (professeurs, PATO, étudiants)
  • Défi de la formation;
  • Défi de l’opérationnalisation de la Cellule AQ et de ses Antennes.

10. PERSPECTIVES

  • L’ AQ  est un impératif pour l’ arrimage de l’UNIKIS et des Universités congolaises au processus LMD. Sans l’attention à l’assurance qualité, la réforme vers le LMD  n’est donc pas possible.
  • Il y a la volonté de changer le système éducatif supérieur et universitaire congolais. Mais,  des  actions de sensibilisation restent nécessaires.
Back to Top