HISTORIQUE UNIKIS (suite)

2.2. Quelques indications

Pour l’année académique 2011-2012, l’Université de Kisangani s’était fixé comme perspectives d’avenir en vue de concrétiser ses trois missions principales, à savoir : l’enseignement, la recherche et les quelques services à la Communauté. Ainsi, les axes pris en compte étaient les suivants :

  • Adaptation et intégration à son champ social, impliquant la modernisation ;
  • Le réajustement conséquent des programmes, des méthodes d’études ainsi que des activités d’animation socioculturelle et de recherche ; Mise en œuvre d’un plan d’aménagement et d’extension, impliquant une vision prospective du développement de l’université en réponse au défi du futur ;
  • Renforcement de la coopération interuniversitaire et international, compte tenu de la nécessité de marquer sa présence dans la communauté intellectuelle internationale et d’accéder à une plus grande autonomie d’action. En vue de la matérialisation de la vision de développement, l’Université de Kisangani, sous l’impulsion du Comité de Gestion présidée par le Recteur Faustin TOENGAHO avait mis sur pied un plan stratégique pour la refondation de l’université. Ce document qui prend comme cadre temporel l’horizon 2010-2015 a inscrit les principales actions à mener dans les secteurs ci-après :

1° Enseignement

  • Ouverture de nouvelles filières pour rester en phase avec les besoins de développement au niveau de la société ;
  • Stratégie d’externalisation. Dans ce cadre, l’Université de Kisangani a envisagé la possibilité de faire fonctionner à l’étranger des antennes de certaines de ses facultés ;
  • Stratégie d’intégration de l’Université au monde du travail. L’Université de Kisangani entend créer des nouvelles options d’études au niveau de son école secondaire pour en faire une pépinière de ses recrutements futurs, aussi bien au titre d’étudiants que de personnel scientifique, administratif, technique et ouvrier.

2° Recherche   

  • Organiser une recherche performante tant fondamentale qu’appliquée ;
  • Assurer le rayonnement de l’université sur le monde et la société ;
  • Décomplexer les chercheurs/Enseignants et étudiants de l’Université par rapport à ceux d’autres universités du monde ;
  • Revitaliser la recherche scientifique par la concentration sur certaines filières (biodiversité, équilibre de l’écosystème).

3° Administration universitaire

  • Moderniser l’administration universitaire par l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication ;
  • Intégrer les principes de bonne gouvernance axée sur la performance et l’assurance qualité ;
  • Insérer le secteur administratif dans une nouvelle vision de la coopération qui ne se limite plus au secteur scientifique et académique.

4° Coopération

  • Assurer le rayonnement de l’université par son affiliation aux organismes interuniversitaires, internationaux et le respect des engagements y relatif ;
  • Encourager les initiatives de création des réseaux de soutien et de recherche de fonds pour le développement des projets de l’Université ;
  • Désenclaver l’université par son intégration dans le concert des organisations universitaires tant au niveau national qu’international ;
  • Intensifier le partage d’expériences avec d’autres universités du Sud et du Nord ;
  • Participer à l’échange des professeurs et étudiants avec les universités congolaises et étrangères dans le cadre de la mobilité académique et scientifique ;
  • Jouer un rôle actif au sein des organisations comme l’AUF, la CEPGL, Edulink, etc.