CRIDE

1. MISSIONS

Le CRIDE ou CENTRE DE RECHERCHES INTERDISCIPLINAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT ET L'EDUCATION est un centre del'université de Kisangani qui a pour Missions :

a. Concevoir, organiser et exécuter des projets de recherche,

b. Former des chercheurs

c. Promouvoir la recherche scientifique de qualité dans tous les domaines de l’Education et du développement durable

d. Publier et diffuser les résultats de la recherche au service du pays

2. PERSPECTIVES 

Faire du CRIDE un think tank de renommée internationale sur les études en développement et en éducation.

3. ORGANISATION STRUCTURELLE

  • COMITE DIRECTEUR :
    • Directeur : Pr MOKUINEMA BOMFIE Edmond (Sociologie)
    • Directeur Adjoint : Pr LONGOLI MOKOMBOLI Patty (Sciences politiques)
    • Secrétaire Scientifique : Assistant MUSAMBAY RAMAZANI Lucien (Droit)
    • Secrétaire Administratif : Directeur chef de service SHUTSHE KAMANA (Histoire)
  • COMITE DE REDACTION
    • Directeur des Publications : Pr MOKUINEMA BOMFIE Edmond
    • Directeur des Publications Adjoint : Pr LONGOLI MOKOMBOLI Patty
    • Secrétaire de Rédaction : Chef de Travaux LOSAME LONGOLO Adolphe
    • Secrétaire de Rédaction Adjoint : Assistant TSHOMBA KALUNGWE Modeste
    • Membre : Assistant MUSAMBAY RAMAZANI Lucien

4. PETITE NOTE AUX AUTEURS

a. Chers auteurs

La qualité d’un article dépend non seulement du problème de recherche ou de l’originalité de la contribution scientifique, mais aussi de la forme dans laquelle il est présenté. Raison pour laquelle le CRIDE met à votre disposition la présente notice afin d’améliorer la qualité de votre écriture scientifique des manuscrits à lui soumettre.

b. Le manuscrit

Le texte manuscrit final est à déposer au secrétariat de rédaction en version électronique en Times New Roman, taille 10, interligne 16 pts, alignement justifié et non paginé. (Mais le texte en version papier doit être paginé). La version électronique peut être envoyée par mail au cahiersducride@gmail.com . L’auteur évitera des termes imprécis tels que on, etc., il y a et les mots écrits en gras dans le corps du texte. Seuls les titres et sous-titres se mettent en gras, en minuscule et en taille de police 11. Ils sont numérotés avec des chiffres arabes. (Point 1, sous-point 1.1., 1.2., 1.1.1.) Les paragraphes du texte sont en retrait positif de 1,25 cm. Les titres des paragraphes sont tous alignés à gauche et les sous-titres sont en retrait positif de 0,5 cm. Les marges gauche et droite sont de 4,5 cm ; 2 cm en haut et 8 cm en bas. L’espacement exigé entre les paragraphes est de 4 pts.

Le texte ne doit pas dépasser 25 pages. Un bon article peut compter entre 500 et 10.000 mots. Chaque texte doit comporter un résumé en français et en anglais et reprenant si possible des mots clés. Le CRIDE encourage les auteurs à plus privilégier des travaux collectifs qu’individuels, sans oublier également une bibliographie à portée internationale que locale.

c. Le style

Le CRIDE n’accepte pas des travaux narratifs ou descriptifs sans analyse ni effort de conceptualisation. L’usage de courtes phrases est souhaité afin de faciliter la compréhension aux lecteurs. Il convient ainsi d’éviter de longues phrases ou périodes qui obèrent l’intelligence du texte par le lecteur. Les mots en langues autres que le français doivent être expliqués s’ils ne sont pas d’usage courant. Les auteurs éviteront des expressions telles que comme l’affirme X ou Y…, on dit, je déclare… Il convient d’utiliser le nous de majesté et des verbes conjugués au présent.

d. Les chiffres

Il convient d’écrire tous les nombres en toutes lettres jusqu’à 99. Mais pour les mesures exactes, utilisez les chiffres. Ex : 56 Km, 10 ans. Vous écrirez par exemple : vingt salles contenant chacune 36 bancs et mesurant 10 m de long; 46 pour cent de réussite. Dans un tableau ou une figure, veuillez utiliser le signe de pourcentage (%). Evitez de débuter une phrase par un chiffre, veuillez la reformuler autrement.

e. Ponctuation :

La compréhension du texte devient aisée lorsque la ponctuation est respectée. Pour raison de forme :

  • Supprimer un espace simple avant un point d’interrogation (?), un double-point (:), un point-virgule (;) et un point d’exclamation (!).
  • Mettre un espace après un point (.), une virgule (,) ou un double-point (:).

f. Tableaux

Les tableaux et graphiques doivent être produits en Excel afin d’une meilleure manipulation par la rédaction pendant la mise en page. Ils doivent aussi être numérotés de manière croissante et continue et porter chacun un titre pour faciliter le renvoi.  Il convient également d’en signaler la source directement au bas du tableau pour éviter le plagiat. Si un tableau long continue au-delà de sa première page, il est nécessaire d’en reprendre les titres des colonnes au début de chaque nouvelle page. Bien vérifier les totaux et l’alignement des chiffres.

g. Citations et références

Le CRIDE adopte le système de référence Harvard ou de références dans le texte. Les noms des auteurs cités sont écrits avec l’initiale en majuscule. Une citation de plus de 3 lignes ou de plus de 50 mots doit se mettre en italique (sans guillemets) ; mais celle de moins de 3 lignes se met entre guillemets (« … »). Pour la référence dans le texte, vous prendrez soins de reprendre seulement le nom de famille de l’auteur directement suivi par l’année de publication et la page (ex : Sengi 2016, p. 6). Dans le cas où la même année l’auteur a eu plus d’une publication, vous mentionnerez par exemple (Musambay 2014a, p.7) et (Musambay 2014b, pp. 6-7).

Les publications écrites par différents auteurs sont séparées par un point-virgule, mais celles du même auteur le sont par une virgule. Ex : (Mokonzi 2016 ; Mokuinema 2014) (Mwayila 2012, 2014, 2016). Les noms des auteurs des ouvrages collectifs doivent tous figurer dans la bibliographie, évitez d’utiliser et al.

Pour les références bibliographiques, vous pouvez citez de la manière suivante :

  • Copans, J., 2006, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines, Paris, Armand Colin.
  • Mokuinema Bomfie, 2016, Religion et violence comme langage de contre-hégémonie, Paris, L’Harmattan.
  • Ekongo Ndemba et Mercier, J., 2014, « Ordre et sécurité en RDC » in M. Bourdillon et M. Mulumbwa, (éds), La place du travail chez l’enfant africain, Paris et Dakar, Karthala et CODESRIA, pp. 50-65.
  • Lufingi Okenge, 2006, Les sociétés de gardiennage à Kisangani, Thèse de doctorat en SPA, inédite, FSSAP, UNIKIS.
  • Ikangule, A. et Meking, J., 2012, Les forêts primaires de Tampiete, Paris, Karthala. Disponible sur http//www.cride.org/links/publications/mémoires/index.html. Consulté le 25 mai 2016.
  • Boundawana Yaifono, 1998, « L’idéal d’une élite féminine africaine », Horizon 3000 Afrique Développement, vol. VII, n° 2, pp. 5-10.

CS Biodiversité

Le CSB (Centre de Surveillance de la Biodiversité) est un Centre scientifique multidisciplinaire stratégiquement créé afin d’assurer à l’avenir le suivi et la gestion de l’évolution de la faune et de la flore de la forêt tropicale humide qui borde le fleuve Congo, de la qualité de l'eau du fleuve et des forêts environnantes. Il a été créé sur le campus de la faculté des sciences de l’Université de Kisangani.

Le CSB est piloté par un consortium de partenaires nationaux et internationaux actifs dans la préservation des richesses naturelles de la Province Orientale et du bassin congolais.

En 2010, les Autorités Congolaises se sont déclarées prêtes à participer au développement du ‘ Centre de Surveillance de la Biodiversité’, au sein de l’Université de Kisangani, parce qu’il leur permettra de mettre sur pied une stratégie pour l’étude et la protection du bassin du Congo.

 

1. Historique et description du CSB

 

Cette jeune institution fut créée par la décision rectorale en janvier 2011, suite à l’initiative d’un Consortium constitué de l’Université de Kisangani, du Musée Royal de l’Afrique Centrale, de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, du Jardin Botanique de Meise/Belgique en collaboration avec le Royaume de la Belgique et le Gouvernement de la RDC.

D’une manière pratique, ce Centre d’expertise, équipé en laboratoires et en matériels de terrain pour la recherche, abrite une importante collection biologique et s’attèle à la rendre accessible ainsi que la documentation et la littérature sur la biodiversité des forêts tropicales.

Dans son Plan Stratégique, le Centre élabore ses orientations stratégiques afin de pouvoir jouer le rôle de Centre de Référence de la biodiversité en RDC. Il veut :

- diffuser les informations ;

  • Faciliter les partenariats pour augmenter les connaissances sur la biodiversité, les écosystèmes et les ressources naturelles en RDC ;
  • Contribuer au développement durable des communautés locales ;
  • Former une équipe d’excellence en gestion de biodiversité (ressources naturelles et des écosystèmes) et enfin, valoriser, renforcer et conserver les acquis de la biodiversité.

Quelques espèces emblématiques voire endémiques en RDC à valoriser et à protéger !

Cette plateforme d’échange de connaissance et d’expérience sur la biodiversité se doit :

  • De faciliter la recherche et la surveillance de la faune et de la flore (terrestre, aquatique et microbienne, etc.) ;
  • Développer des programmes de jumelage interinstitutionnels sud-sud et nord-sud, des projets entre scientifiques sud-sud et nord-sud ainsi que des projets muséologiques et éducatifs sud-sud et nord-sud.
  • Quelques divers écosystèmes à étudier et ciblés par le CSB (forêts équatoriales de basse altitude, forêts équatoriales des montagnes, savanes, fleuve Congo, autres zones humides, etc.)

Le CSB publie les résultats scientifiques dans des revues locales et internationales, des documents techniques sur la conservation de la biodiversité du pays et annuellement, il publie un rapport ainsi qu’une brochure sur ses diverses activités.

Le CSB participe et/ou organise les ateliers, les symposiums, les colloques nationaux et internationaux, il accueille des visiteurs pour développer des coopérations nationales et internationales avec d’autres acteurs clés de la conservation, la gestion et l’utilisation durable de la biodiversité.

2. Mission du CSB

Le CSB/UNIKIS a pour mission d’offrir une infrastructure permanente qui facilite des actions et des retombés positives pour la biodiversité dans l’ancienne Province Orientale, la RD Congo et le bassin du Congo pour ainsi augmenter la capacité locale de développer et exécuter une stratégie pour la sauvegarde et l’exploitation durable de la biodiversité dans le bassin du Congo, limité à la RD Congo pendant les premières années.

3. Administration

- Directeur : P.O DUDU AKAIBE Benjamin

- Directeur Adjoint CSB : P.O UPOKI ANGENONG’A Dieudonné

- Secrétaire a.i: Ass. NGABU CHEMBU Jean

4. Contacts

Pour toute question ou proposition de collaboration, organisation d’un support logistique de travail de terrain ou obtention de la documentation sur l’expertise disponible, prière de contacter Mr Jean Ngabu Chembu, Secrétaire Administratif par mail : jeanngabuchembu@gmail.com

Sont à contacter pour des questions ou des propositions de collaboration, pour l’organisation d’un support logistique de travail de terrain, ou pour obtenir de la documentation sur l’expertise disponible :

5. Horaire de service

Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 16h.

Pour en savoir plus sur l'organisation du CSB, cliquez ici

 

 

Back to Top