Qu’est-ce que BOLOGNE et pourquoi BOLOGNE en RDC ?

Qu’est-ce que BOLOGNE et pourquoi BOLOGNE en RDC ?

Espace européen de l’enseignement supérieur (EEES) programme intergouvernemental dont l’objectif est de créer en Europe un cadre, la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs dans tout le continent européen. 

  1. Historique

Au moyen âge, l’étudiants comme le maître avait le devoir de voyager et étudier dans une autre terre que la leur : par ailleurs, le diplôme du maître lui reconnaissait le droit d’enseigner dans toutes les universités de la chrétienté. Plusieurs siècles plus tard, en 1986, le président de l’université de Bologne lance un appel aux présidents des anciennes universités européennes, leur proposant la rédaction de la Magna Charta Universititatum. Cette charte, qui doit souligner l’importance du rôle des universités et énoncer les principes de leur coopération renforcée, est signée à l’occasion du 9ème centenaire de l’Université de Bologne.

En 1998, ce projet prend un tour plus institutionnel : les ministres de l’Eduction d’une dizaine de pays européens, réunis à Paris, signent la déclaration de la Sorbonne, engageant leur pays à faire évoluer la structure des étudiants. Cette conférence interministérielle est suivie de plusieurs autres (à Bologne en 1999, à Prague en 2001, à Berlin en 2003, puis à Bergen en 2005). Les conférences permettent de définir une politique commune de l’enseignement supérieur et d’y faire adhérer toujours plus de pays européens.

En 2006, 45 pays sont engagés dans une procédure politique qui doit leur permettre de modifier l’architecture de leur enseignement supérieur afin de se conformer aux principes énoncés par les différentes conférences.

  1. Principes-clés

Ces principes ont été les suivants :

  • Faire évoluer leur système d’enseignement supérieur vers une structure comprenant au moins trois niveaux, délivrant trois diplômes. Il doit être possible d’atteindre ces trois diplômes en ayant fréquenté l’université ou un établissement d’enseignement supérieur pendant des durées analogues, c’est-à-dire après trois, cinq et huit ans ;
  • Faire évoluer leur système d’enseignement supérieur vers un système modulaire, organisé en semestres et en unités d’enseignement, dont la validation doit permettre l’attribution d’un certain nombre de crédits, cumulables et transférables ;
  • Clarifier la composition des diplômes délivrés par les établissements supérieurs, de manière à aller vers une plus grande coopération entre établissements, vers une meilleure reconnaissance mutuelle des diplômes et une meilleure lisibilité des diplômes européens sur le plan international ;
  • Modifier la structure de leur enseignement supérieur de manière à y intégrer la formation professionnelle et continue, notamment en facilitant la reprise d’études et la reconnaissance de l’expérience acquise ainsi que des périodes passées dans d’autres établissements ;
  • Favoriser la mobilité de leurs étudiants, donner une dimension plus européenne aux diplômes qu’ils délivrent et faciliter l’intégration des jeunes travailleurs européens.
  1. Les trois grands principes ont été :    
  • Améliorer la lisibilité internationale des formations et la reconnaissance des qualifications par le biais d’une convergence progressive vers un cadre commun de qualifications et de cycles d’étude ;
  • Faciliter la mobilité des étudiants et des enseignants et leur intégration sur le marché du travail international ;
  • Elaborer un système commun de diplômes pour les programmes de premier cycle (Licence) et de deuxième et troisième cycle (Master et Doctorat). 

Les 5 principales recommandations de Bologne  

Back to Top