Benjamin BEMBONGA Moganga et Tantine BOLILA Belenda

06

Dec

2022

Tragédie des biens communs dans le Nordest du bassin du fleuve Congo Observation faite sur la production en poisson dans la ville de Kisangani et son hinterland

webmaster

Introduction

Les ressources vivantes d’origine aquatiques contribuent aujourd’hui de manière très significative à l’alimentation humaine. Une grande partie de notre alimentation provient de l’exploitation d’une ressource vivante sauvage, d’une ressource renouvelable … et donc de notre capacité à permettre son constant renouvellement.

Le secteur des pêches constitue ainsi un domaine d’interaction très important entre activités humaines et ressources naturelles, un domaine où se posent de manière particulièrement aiguë les problèmes de durabilité des activités humaines, un domaine où les scientifiques ont acquis une expérience singulière en matière d’analyse de la dynamique des ressources naturelles. Selon le rapport de la FAO1 , plus de 3 milliards de personnes dépendent de la diversité biologique marine et côtière pour vivre, en particulier dans les pays en développement, où la pêche est le principal moyen de subsistance et la principale activité commerciale.

Pour environ 1 milliard de personnes, surtout dans les pays à faible revenu, la pêche est la source primaire de nourriture. A l’échelle mondiale, la pêche marine fournit 16% de toutes les protéines consommées. La pêche joue aussi un rôle essentiel dans les moyens d’existence de millions d’êtres humains dans le monde. On estime que 38 millions de personnes sont employées directement dans la pêche et encore beaucoup plus dans divers stades de transformation.

Cependant, selon les estimations de la FAO, plus des trois quarts des ressources halieutiques du monde ont déjà été pêchées jusqu’à leur limite biologique et au-delà. L’exemple qui est peut-être le plus connu de ce problème est l’effondrement de la pêche à la « morue » au large de la côte de Terre Neuve au Canada pendant les années 90, qui a causé la réduction de la capture de « morue » de 200 millions de dollars américains par an et la perte de 35 millions d’emplois.

Lire l'intégralité

Auteur : Benjamin BEMBONGA Moganga et Tantine BOLILA Belenda

Header Style
Sticky Menu
Color skins
COLOR SCHEMES